Comment montrer votre motivation en entretien ?

Comment montrer votre motivation en entretien ?

écrit par Chloé

 

S’il y a bien un mot que nous avons tous entendu ou prononcé au cours de notre carrière, c’est bien le mot « motivation » et tous ses dérivés. C’est presque la première chose que l’on dit lorsque l’on rencontre un recruteur : « je suis très motivé.e ». Il est tellement prononcé que pour certains, il perd tout son sens.

 

Pour autant, c’est souvent la motivation et la détermination qui sont les moteurs d’un recrutement, d’un côté comme de l’autre. Car oui, il faut aussi que les entreprises se montrent motivées par un ou une candidat ou candidate.

Le terme « motivation » rappelle le mot « motif » qui descend du latin « motivus » qui signifie « mobile » et « movere » qui signifie « se mouvoir ». Pour résumer, être motivé c’est se mettre en mouvement. Alors c’est parti pour prendre le chemin de la motivation !

Motivation et candidat : comment se démarquer des autres ?

Quand on parle de motivation, on imagine tout de suite devoir faire des ronds de jambes, exagérer et presque devoir apprendre à jongler avec des couteaux pour montrer que l’on souhaite sincèrement rejoindre l’entreprise. Vous l’aurez compris, à moins de vouloir postuler dans un cirque, apprendre à jongler avec des couteaux est plus une démarche « tape-à-l’œil » que sincère.

Montrer sa motivation, cela devrait montrer que ce mouvement est initié par vous-même et cela de manière sincère et dans le but de vous enrichir personnellement. De la même façon que je répète à chaque réunion de famille à mon oncle que les blagues les plus courtes sont les meilleures, il faut savoir faire preuve de parcimonie et de retenue.

Nous ne pouvons que vous encourager à vous renseigner sur votre futur employeur, son secteur d’activité et éventuellement ses concurrents. Toutefois, il faut savoir ne pas tomber dans le travers dit du cours magistral. Rappelez-vous vos années étudiantes, ces amphithéâtres remplis d’étudiants sur leur téléphone, en train de faire leurs ongles, de chuchoter avec leurs voisins ou même de prévoir leur soirée du week-end, pendant que ce cher professeur X vous expliquait son sujet de prédilection de fond en comble. La plupart du temps (soyons honnête, 95% du temps), nous décrochions au bout de 5 minutes.

 

Cela se vérifie aussi en entretien. Vous avez rarement envie d’entendre un exposé sur quelque chose que vous connaissez très bien. Privilégiez plutôt la concision et l’organisation de vos idées. Montrez que vous avez réellement travaillé votre sujet, et soyez pertinents dans votre présentation. Pour cela rien de plus simple. Voici quelques exemples :

 

          Renseignez-vous sur les dernières actualités de l’entreprise : levée de fonds, signature de contrats, projets en particulier. Reliez cela à votre parcours ou une anecdote personnelle. Cela montrera que vous vous projetez déjà au sein de l’entreprise.

          Prenez des notes lors de l’échange : Imaginez-vous en pleine prise de brief pour un prochain projet. Vous vous dirigez déjà vers le poste.

 

          Tout est affaire de mouvement donc n’hésitez pas à challenger l’entreprise sur le futur : quels sont les projets à cinq ans ? Quelles ambitions pour l’équipe ? Comment pouvez-vous vous améliorer ? 

Si toutefois vous souhaitez vous démarquer, il faut parfois oser (même si vous ne vous appelez pas Joséphine) et cela donne parfois de belles histoires : tee-shirt personnalisé, tenue aux couleurs de l’entreprise (reprendre un code couleur discrètement), cas pratique charté, etc.

Le diable est dans les détails et le succès s’y cache souvent également. A vous de vous montrer créatif, inventif et de tout faire pour mettre déjà un pied dans l’entreprise !

 

Motivation et entreprise : comment faire pour intégrer déjà le candidat à votre entreprise ?

Si George Lucas nous a conté la Guerre des Etoiles, notre génération fait surtout face à une Guerre des Talents. Voilà pourquoi la rétention des candidats et des talents est une des priorités du monde du recrutement aujourd’hui.

Si auparavant, on considérait très classiquement que le candidat devait faire ses preuves, ce n’est désormais plus vraiment le cas. Chacun doit faire un pas vers l’autre et surtout ne pas oublier que personne n’est irremplaçable.

Alors si vous aussi vous avez un coup de cœur pour un.ecandidat.e, faites en sorte de lui faire savoir, sans tomber dans les travers de la séduction. Encore une fois, la sincérité demeure la clé de votre réussite et ce sont les petites attentions qui font la différence.

 

Voici quelques exemples pour faire la différence en entretien : 

          Bien vous renseigner sur la personne que vous avez en face : expériences passées, loisirs, voyages, etc. Montrez que vous avez fait preuve de la même courtoisie que le candidat a eu envers vous.

          Personnalisez l’entretien : N’hésitez pas à lui parler de ses futurs collègues, de sa future vie au sein de l’entreprise. Plus les choses sont concrètes, plus il est facile de se projeter avec vous.

 

          Impliquez la personne lors de l’entretien : plutôt que du conditionnel, privilégiez le futur. 

 

Attention à ne pas trop en faire : un tour de magie se terminant par la sortie d’un contrat de travail du chapeau du recruteur à la fin de l’entretien a tendance à faire fuir plus qu’à séduire.

En revanche, si vous êtes en fin de processus de recrutement avec un candidat et que vous souhaitez le séduire, n’hésitez pas à sortir du cadre : vous pouvez lui proposer un café ou un verre avec ses futurs collègues, ou pourquoi pas l’inviter à un événement d’entreprise si jamais cela s’y prête.

 

Pour conclure, peu importe finalement de quel côté du recrutement vous vous trouvez, il ne faut retenir que trois choses :

  • La personnalisation est la clé pour vous démarquer et valoriser votre interlocuteur.
  • La parcimonie est importante pour ne pas tomber dans l’excès et avoir l’air faux.
  • Demeurez sincère dans tout ce que vous entreprenez, car c’est finalement cela qui va transparaître.

Finalement, ce qui compte c’est de ne pas rester les deux pieds dans le même sabot comme disait mon grand-père, car pour se mettre en mouvement, ce n’est pas du plus pratique !