Comment bien préparer son départ ?

Comment bien préparer son départ ?

écrit par Chloé

 

Crème solaire ?

Serviette de plage ?

Le plan d’arrosage des plantes pour la voisine ?

 

Personnellement, je suis prête à partir en vacances (même si je dois encore attendre un mois…) et il y a fort à parier pour que, vous aussi, vous ayez déjà bien planifié votre to-do du départ en vacances. Pourquoi ? Parce qu’on tient à ce moment sacré et qu’on souhaite faire tout dans les règles de l’art. Et ça, on peut le comprendre !

 

Alors pourquoi n’appliquons-nous pas toujours cette même exigence à nos départs professionnels ? Que ce soit pour un congé paternité ou maternité, un départ en retraite ou même une rupture conventionnelle, les départs ne sont pas toujours bien gérés, que ce soit par l’entreprise ou par le/la collaborateur/trice, le plus souvent car on ne sait pas vraiment comment faire !

 Nous vous proposons aujourd’hui quelques conseils pour mieux gérer ces situations ! 

 

Le mot d’ordre ? Tout se passera bien 😊

De la Chasse au trésor à la carte des indices : Quand le départ ne doit pas se transformer en épreuve de Koh-Lanta !

 

 

Le plus important, quel que soit le motif de ce départ, est que tout soit fait avec suffisamment d’anticipation (quand cela est possible bien sûr) pour que l’on puisse prendre le temps de faire les choses correctement, poser les bonnes questions et faire de cette transition un moment calme.


De la même manière qu’on prépare scrupuleusement son arrivée, le départ ne doit pas être négligé.

 

Alors plutôt que de préparer une chasse au trésor pour que vos collègues s’amusent à retrouver vos différents dossiers, n’hésitez pas à leur donner directement la carte avec l’emplacement des différents éléments 😉 Tout le monde vous en remerciera et cela est toujours plus sympa de savoir que tout est bien organisé.

 

On pense souvent à tort que tout le monde sait ce que vous faites, mais en réalité, vous êtes seul.e maître à bord.

 

La communication est un des points clés de cette préparation et c’est justement là que le bât blesse. On a trop souvent tendance à « bâcler » son départ pour pleins de raisons différentes :

          On a déjà la tête ailleurs, pleine de rêves concernant sa future aventure

          Le départ est précipité donc il n’est pas possible d’anticiper

          On ne sait pas comment s’y prendre

          Etc.

 

Pourtant, plus la personne qui part est proactive dans son départ, plus également elle joue le jeu de la transparence, plus la suite se passe généralement bien. La proactivité est très appréciée à la fois par votre employeur actuel et votre futur employeur. On dit souvent que le départ est plus parlant que l’arrivée.

En effet, aujourd’hui, les entreprises ont conscience que les personnes ne sont pas amenées à rester ad vitam eternam auprès d’eux et voir comment vous quitter votre employeur actuel permet de savoir comment vous pourriez vous comporter dans le futur.

 

Pour ceux dont le départ n’est que temporaire, il s’agit là de plus penser collectif que de penser « perso ». Bien sûr, que ce soit pour un arrêt maladie ou bien pour un congé parentalité, on a souvent la tête ailleurs, mais il faut aussi songer à l’après. Le retour est toujours plus facile quand le départ s’est passé dans de bonnes conditions et que vous avez donné à votre remplaçant toutes les clés pour qu’il puisse performer. 

L’astuce de Générationnel :  Préparez un document synthétique, indiquant l’emplacement des dossiers que votre remplaçant(e) doit reprendre, cela lui évitera de lancer un avis de recherche dans le drive commun partagé par toute l’équipe

 

Bien préparer son départ, c’est aussi dire qu’on veut partir.

Même si dire que l’on veut partir n’est jamais facile, cela reste encore la meilleure façon de tout préparer au mieux. En fonction du poste occupé, il y a un temps de recrutement à ne pas négliger et celui-ci est incompressible. Cela peut également jouer en votre faveur si vous souhaitez négocier votre préavis. Plus tôt votre entreprise est informée de vos projets, plus vite elle se mettra à chercher votre remplaçant et plus vite vous pourrez partir.

Préparer son départ, c’est aussi être capable de faire un feedback sur ce qui a ou n’a pas fonctionné lors de votre expérience. Les missions étaient-elles bien adaptées ? Avez-vous pu vous épanouir ? Quels sont les axes d’amélioration possibles ?

L’entretien dit de « offboarding » est un élément essentiel dans la vie de toute entreprise car il permet de comprendre à la fois côté collaborateur et côté manager comment s’améliorer. Prendre le temps de le faire peut aussi vous aider à comprendre en tant que collaborateur quels sont vos points forts, vos points faibles afin de mieux vous intégrer et de proposer un vrai travail sur vous-même dans votre nouvelle aventure.

Au-delà de cela, c’est aussi une marque de confiance que de savoir communiquer autour de son départ. Ainsi, on évitera de vous proposer des projets trop longs dont vous ne pourrez peut-être pas voir la fin et on réduira au fur et à mesure votre charge de travail.

N’oublions pas également que cela vous permettra de dire au revoir à vos collègues, amis, clients et donc de perpétuer les bonnes relations que vous avez pu entretenir avec eux 😊

La peur du départ : rien ne sert d’angoisser surtout si vous partez à point

De la même manière que les députés européens ont chanté « Auld Lang Syne » au départ des Anglais de l’Union Européenne, il n’y a pas de raisons que votre départ soit traité différemment.

La plupart des départs aujourd’hui, dès lors qu’ils ont été bien géré par les entreprises et les collaborateurs se passent biens et sont des étapes inhérentes à la vie en entreprise. 

 

Si toutefois vous souhaitez avoir quelques bonnes pratiques, n’hésitez pas à lire la fin de cet article 😉

La Toolbox de Générationnel :

 

  • Préparer une liste de vos sujets en les classant selon différents critères : urgent, important, quotidien ou encore annexe par exemple. Ainsi, la personne qui prend votre suite sait sur quoi elle doit travailler en priorité et ce qui peut être remis à plus tard
  • Sur un document, n’hésitez pas à noter le nom, la fonction et les coordonnées de vos différents interlocuteurs ainsi que pourquoi vous traitez avec telle ou telle personne.
  • Préparer également une liste de vos astuces/outils/bonnes pratiques : tout le monde gagne du temps de cette façon, et c’est aussi une manière sympa de préparer la venue de votre remplaçant.
  • N’hésitez pas à organiser des points « passation » avec votre futur remplaçant. Discuter avec cette personne dans le cas où vous la connaissez déjà et surtout mettez-la à l’aise. Dans le cas où il s’agit d’un remplacement temporaire, vous avez autant besoin qu’elle de vous assurer que le travail sera fait correctement en votre absence.
  • Parlez avec votre manager : n’hésitez pas à lui exposer les missions qui peuvent présenter une difficulté, celles qui au contraire sont faciles afin qu’il comprenne comment intégrer la personne vous remplaçant.
  • Préparez un document synthétique, indiquant l’emplacement des dossiers que votre remplaçant(e) doit reprendre, cela lui évitera de lancer un avis de recherche dans le drive commun partagé par toute l’équipe
  • Et tant d’autres choses…

 

Chez Générationnel, bien que l’on ne soit pas un grand fan des « au revoir », on n’oublie pas pour autant que ce ne sont que des moments de vie, et que quand une fenêtre se ferme, une autre s’ouvre.